albenson@wanadoo.fr

 

pleins feux sur Cyril Benhamou
 
 
 

 

 
Activiste de la scène musicale marseillaise, on a pu l'entendre à la tête de différents projets qui revendiquent un jazz moderne, original et dynamique ( In & Out, Namaste, Punjab...)
 
 
Reconnu sur la scène nationale, il obtient en 2006 le grand prix Sacem de composition au concours National de jazz de la Défense, ainsi qu'un deuxième prix de groupe avec son ensemble In & Out.
 
 
Aperçu en première partie d' Erik Truffaz, Archie Schepp ou Ahmad Jamal, ses prestations sont toujours un événement.
 
contact: cyrilbenhamou@free.fr. mobile +33(0)6 27 34 12 30
 

 

 
Concert du 14 Avril 2007 sur France Musique
(émission ''Jazz sur le vif'')
 
l'intro
2'42
Equation
6'33
Estie's dream
6'18
M.C.
10'04
2nd floor
14'21
Sweet melody
6'18
Yellow star
10'10
   
  Cyril Benhamou: piano, fender rhodes, composition
  Stéphan Caracci: vibraphone
  Simon Tailleu: contrebasse
  Cédric Bec: batterie
   

 

Live piano solo à La Roque d'Anteron
en direct sur France Musique le 1er août 2006
 

Texte alternatif

 

Revue de presse Cyril Benhamou

 

 

 

 

 

 

 

 

RADIO GRENOUILLE "In Club With Cyril B" du 13/11/2013
Lien direct (28 min - 26 Mo)

INTERVIEW RADIO GRENOUILLE du 13/11/2013
Lien direct (10 min - 10 Mo)

 

 

 

INTERVIEW FRANCE MUSIQUE du 22/03/2013
Lien direct (13 min -12 Mo)

 

ARTE : Metropolis visite Marseille avec Cyril BENHAMOU, leader du groupe AL BENSON Jazz Band
+ groupes Namaste et In n’ Out
(diffusion le samedi 26 mai 2012)

 

 

Rencontre Avishaï COHEN et Cyril BENHAMOU
Festival Jazz des 5 Continents à Marseille - jeudi 19 juillet 2012

Photos: Delphine BERTRAND

 

Interview Radio Grenouille du 10/03/2013
Lien direct (34 min - 40 Mo)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Edition N° 4977 du Jeudi 22 Janvier 2009
4
Culture (21/01/2009)

Cyril Benhamou, leader du groupe Jazz, Trio Punjab, à Liberté
“Je viens à Alger pour faire la fête”
Par :Sara Kharfi
Lu : (568 fois)
1

Lauréat du Concours national de jazz à la Défense en 2006, pianiste, flûtiste et compositeur, Cyril Benhamou a plus d’une corde à son instrument, puisqu’il a un parcours éclectique dans la musique. Issu du Conservatoire de Marseille, enfant du jazz, et brillant pianiste, Cyril se fait très vite remarquer sur la scène musicale marseillaise, et multiplie les collaborations ainsi que les expériences. La dernière en date est celle du projet, Trio Punjab (qui lui tenait à cœur). Cyril Benhamou et ses deux acolytes, à savoir Jules Bernable et François Rossi, seront demain en concert à Alger, à 19h, à la salle Ibn Zeydoun (Oref), pour le plaisir des oreilles des mélomanes algériens et férus de jazz. Un concert haut en sonorités, à ne pas manquer.

Liberté : Trio Punjab est un groupe de jazz qui puise ses influences dans les sons électro, rock et même orientaux…
Cyril Benhamou : Il y a un peu de tout ça. En fait, je suis originaire du Maroc et j’ai une culture assez méditerranéenne. Donc, ce sont plusieurs sons métissés que j’ai en moi, et qui m’influencent. Je dirai aussi que les sons Punjab, sont plus électriques qu’électronique. Le bassiste, Jules Bernable, et le batteur, François Rossi, et moi, nous nous revendiquons de la nouvelle scène française et on essaie de faire un travail mélodique basé sur une forme, une construction et une géométrie. Ce qui est également très important pour moi, c’est le groove et le large champ de liberté qu’offre le jazz. Pour ma part, ce que j’apprécie le plus dans la musique c’est la surprise et la musique à tiroirs. D’un autre côté, le Trio Punjab s’est rencontré sur un terrain jazz et ce qu’on fait avant tout, c’est du jazz, mais nous avons détourné le trioclassique privilégiant ainsi un registre plus électrique, entre autres avec l’utilisation de la basse électronique, ou encore la flûte traversière.

D’où vient le nom Punjab ?
Ce n’est pas tellement en rapport avec les origines. J’ai choisi ce nom pour la beauté et la sonorité du mot.

Vous avez un look assez particulier et peu commun aux jazzmen ; un peu punk. Est-ce une envie de cultiver la différence ?
C’est exactement ça, on cultive la différence. En même temps, on pioche dans les influences et surtout, on avait envie de brouiller les pistes. En fait, on fait du jazz mais on puise aussi d’autres sonorités dans d’autres influences. Pour le look, on voulait changer également sur le visuel : le jazz se voit et s’écoute. Et puis notre look peut parfois choquer ou intriguer… ça interpelle et c’est très bien, et puis ça fait partie de notre univers.

Qu’en est-il de votre parcours personnel dans la musique ?
 En fait, je suis musicien avant tout musicien autodidacte, puis j’ai rejoint le Conservatoire de Marseille où j’ai fait une formation de pianiste. Mais il y avait de la musique en moi, et j’avais surtout des projets personnels qui me tenaient à cœur (dont le projet Punjab), alors j’ai commencé à composer. J’ai également collaboré avec des artistes d’univers différents, notamment Doctor L, MC Tablloyd ou encore David Walters, et de ces expériences, j’ai appris que la musique était un fait, à 99% humain.

C’est votre premier concert en Algérie. Appréhendez-vous un peu le public algérien et que lui réservez-vous pour demain ?
 Je n’ai pas d’appréhension particulière. J’ai vraiment hâte de partager un moment avec le public algérien, et je viens à Alger pour faire la fête. Nous avons préparé au public algérois des inédits, des plages planantes et des sons groove.

S. K.

* Trio Punjab sera en concert demain, à partir de 19h, à la salle Ibn Zeydoun. Le prix du billet est de 200DA.



 

 

 

   


 
 
 
 

(cliquez sur l'article ci-dessous pour passer au suivant)